• Prange, A. P.

Questions psychosociales liées à l'immigration

Mis à jour : 17 nov. 2019

Ana Paula Prange [1]


Les personnes s’expatrient pour des raisons familiales, professionnelles ou simplement motivées par le désir de vivre dans de nouvelles cultures. Cependant, elles ne peuvent pas prévoir tous les défis auxquels elles vont être confrontées. Même si toutes les procédures légales ont été accomplies, diverses surprises peuvent apparaître.


Les changements de milieux culturels ont souvent tendance à déclencher des effets psychologiques importants. Les chocs culturels, les dissonances par rapport à la langue et aux habitudes peuvent contribuer à l’épanouissement du sujet, mais aussi causer du stress et de l’anxiété.

Nous observons des obstacles liés à la langue, des problèmes d’adaptation professionnelle et, dans le cas des enfants et adolescent-e-s, des difficultés scolaires. En ce qui concerne les relations interpersonnelles et les questions idéologiques, des dilemmes et des problématiques nouvelles peuvent apparaître. Ici, c’est l’identité qui est remise en question. Les sujets sont fragilisés et déstabilisés. Face aux situations évaluées comme normales par les citoyen-ne-s locaux/locales, les immigrant-e-s pourront se sentir plus vulnérables.

C’est l’identité qui est mise en échec, ce qui peut déstabiliser et fragiliser.

Les chocs culturels sont fréquents, qui les amènent à remettre en question les valeurs, les croyances et les modèles dans lesquels ils ou elles ont été élevé-e-s. Ou, bien au contraire, à s’enfermer dans des groupes de « compatriotes » sans réussir à être réceptifs à de nouvelles expériences : « Chez moi cela ne se passe comme ça, c’est beaucoup mieux ».

A qui parler ?

Lorsque l’on quitte un pays en développement, il n’est pas toujours possible de parler de sa souffrance à ses amis et sa famille. Ceux et celles restés dans le pays d’origine, ne comprennent pas ou ne voient pas toujours d’un très bon œil la souffrance des expatrié-e-s. Ces dernier-e-s s’entendent souvent dire: « Mais vous vivez en Europe, vous êtes bien. Ce n’est pas comme ici ».


L’adaptation peut se faire de différentes façons et par de différents moyens mais elle demande toujours de temps.

Pour certains l'adaptation à une nouvelle culture sera une expérience violente, pour d’autres, elle sera l’occasion de prendre du recul par rapport aux valeurs de leur culture d’origine et aussi de faire preuve de créativité en imaginant d’autres modes de vie possibles.


Pour celles et ceux qui n’ont jamais vécu cette situation, de gros efforts d’empathie seraient nécessaires pour comprendre les vulnérabilités psychiques que peuvent vivre les expatrié-e-s. Cependant, quand un-e expatrié-e souffre, il/elle a tendance à penser qu’il/elle souffre toute seule, et que cette vulnérabilité est une faiblesse.


En effet, donner du sens à son vécu dans un/des pays étranger/s peut se révéler être un atout. Libérer la parole peut être un outil efficace pour donner du sens aux expériences vécues et resignifier les difficultés d’adaptation.


En tant que psychologue...

J’observe certains phénomènes qui se répètent, qui peuvent causer de l’angoisse, aggravée par le fait que les individus pensent être les seuls à souffrir. L’observation de cette situation et l’envie de seconder des processus d’adaptation épanouie par des méthodes créatives m’ont amenée à formuler la proposition suivante : un groupe de parole interculturel dont le premier point commun entre les participante-s serait de vivre (ou d’ avoir vécu) une expérience interculturelle.


-------------------------------------------------------

[1] psychologue et psychothérapeute agréée par l'Agence Régionale de Santé de la Haute Garonne, PhD en Santé Publique (Fiocruz, Brésil)

-----------------------------------------------------

Si vous avez des questions ou des commentaires, cliquez ici.

Pourriez-vous faire un don ? J’accepte.

​Pour lire d’autres textes que j’ai écrit en français, veuillez cliquer ici

Pour lire cet essai en portugais, veuillez cliquer ici.

    LES CABINETS

15 Rue Nicolas Boileau

66000 Perpignan

67 Rue d'Alsace Lorraine

31000 Toulouse

PRISE DE RENDEZ-VOUS

      ME  CONTACTER

prangepsychologue@gmail.com
T: 07 68 36 36 80
  • Instagram - Ana Paula Prange Psy
  • Facebook - Prange Psychologue

© Ana Paula Prange - Psychologue / design www.anaevseeva.com

footerLogo.jpg
stamp.png
Ars.jpg